Dans la vie vraie

par emery doligé

Le Journal du Dimanche (450)

Le Journal du Dimanche (450)

Lundi : Réunion matinale pour recaler pour la enième fois un dispositif. Un dispositif nécessaire parce que la vie professionnelle mute depuis que le numérique s'impose. C'est comme ça.

Mardi : Quand tu reçois des gens qui sont généreux tu as envie de travailler avec eux. Ce matin, nous avons rencontré des gens généreux qui aiment les gens. Et cela donne envie. J'adore ce genre de rendez-vous. Je ne veux que cela !

Mercredi : Un goûter très bon au Shangri La. Rien à dire. Le soir, souffler la première bougie du Sergent Recruteur. Un restaurant dont je vous parle depuis un an. Comment ça vous n'y avez pas encore mis les pieds ?... 41, rue St Louis en L'Île à Paris.

Jeudi : Une journée longue. Très longue. Je retrouve enfin des sourires et de la joie sur les visages de la soirée RP des Folies Bergère pour Disco. Courez-y.

Vendredi : Déjeuner avec une dame. Une grande dame dans un petit bistrot. Simplicité et bon ton. Parfait. Après, goûter. Encore au Shangri-La avec un ami qui m'annonce enfin ce que j'attends depuis deux ans et demi. Ce n'est que le début mais une putain de patate comme il dit.

Samedi : Anniversaire. Quinze adolescentes de treize ans envahissent la maison. Une cousine de dix huit ans pour surveiller. Je ne veux rien voir.

Dimanche : « Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. » Albert Camus

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article