Dans la vie vraie

par emery doligé

Barrez vous ?... Non.

Barrez vous ?... Non.

Il y a quelques mois une tribune, "Barrez-vous", dans la presse papier nous expliquait à longueur de colonnes qu'il fallait que la jeunesse française quitte la France pour espérer devenir quelque chose ou quelqu'un.
Cette tribune me dérangeait. Je ne l'ai pas relayée, pas discutée. Je ne comprenais pas ce qui me gênait dans cette démarche.

Partir de France coûte de l'argent, entache une transmission ou encore pose question sur l'objectif. Cela revient à se demander si on peut devenir quelque chose ou quelqu'un loin de son arbre.
Mais ce qui me dérange le plus dans cet ordre, "Barrez vous", est la dimension lâche du message.

Comme peut-on faire croire qu'ailleurs l'herbe soit plus verte ?

Quand je vois ce que sont capables de faire des gens comme Pierre Rabhi avec une terre française aride, je me dis que nous sommes idiots de vouloir partir. Il y a tout devant nous...

J'aimerais plutôt qu'on se pose la question de savoir ce qu'on peut faire dans un univers donné. Cocteau expliquait que la création ne peut exister que dans un univers circonscrit voire contraint.

C'est vrai que dans un univers difficile tout va plus lentement. C'est vrai que dans un univers complexe, il faut apprendre à composer. C'est vrai que dans un univers lourd de procédures, le développement est fonction du temps des hommes.

En France depuis quelques mois, les citoyens s'organisent. Soit par corporation, soit par intérêt. Ils montent des mouvements pour dire qu'ils ne sont pas d'accord. Les bonnets rouges, Osez la France, etc... ils préparent la suite. Cette volonté de faire quelque chose localement ne date pas d'hier, c'est une condition de vie que l'on soit en temps de guerre ou de paix. Ne pas affronter cette réalité, c'est de la fuite.

Ce que je n'aime pas dans cet ordre "Barrez-vous" c'est la lâcheté que ce message semble porter au pinacle des moyens de la réussite.

Alors même s'il y a des contraintes, des difficultés, des atermoiements, des blocages voire même des cons qui vous empêchent de croire ou d'imaginer que vous pouvez avancer, battez-vous, ne fuyez pas, vous trouverez d'autres problèmes ailleurs, battez vous.

Battez-vous ici et maintenant.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article