Dans la vie vraie

par emery doligé

Copé, jusqu'à la lie ?

Copé, jusqu'à la lie ?

Jeudi dernier Le Point exprime tout ce que le Député Tardy annonce savoir sur twitter depuis longtemps : Jean-François Copé a fait profiter ses amis des sur-facturations avec l'argent de l'UMP. Pointée du doigt l'agence Bygmalion aurait reçu 8 millions d'euros alors que les militants ont du mettre la main à la poche pour couvrir les 11 millions des comptes de campagne rejetés par le Conseil Constitutionnel. Une tension est née, une confiance est brisée.

Depuis jeudi, Jean-François Copé dit vouloir attaquer en diffamation Le Point et poursuit de sa vindicte Franz-Olivier Giesbert, son patron, qu'il accuse de lui en vouloir personnellement. Et il pousse cette dimension victimaire en convoquant la presse hier matin pour une grande explication. Dans cette grande explication, Copé a tancé les médias et a demandé plus de transparence...

Ce qui devait être le point majeur de cette gestion crise à l'UMP n'a rien été d'autre que le lancement d'une nouvelle séquence anti-Copé.

Les faits sont têtus.

A l'heure des réseaux sociaux, convoquer des journalistes sans donner de raison laisse présager d'un moment important. La démission de Jean-François Copé a même été la tendance la plus forte sur le web. Mais, Jean-François Copé n'a fait que redire ce qu'il râle en permanence depuis quatre jours. Comme un caprice, il a convoqué tel un Prince les média pour rien. Ainsi, naturellement, Jean-François Copé depuis hier matin se fait basher.

Entre les réseaux sociaux, les blogs, voire les journaux en ligne, le Président de l'UMP est la cible de toute la vindicte des internautes, cela dure depuis qu'il a pris la Présidence de l'UMP dans une séquence rocambolesque de parodie d'élection. Jean-François Copé énerve et démontre par son comportement qu'il ne tire aucune leçon de ce que l'on dit de lui. Depuis hier matin, cela se renforce.

Sa technique depuis qu'il est Président du parti de l'opposition est de tenir le statut de premier opposant à François Hollande en prenant la parole dans tous les médias pour faire oublier le fantôme de Nicolas Sarkozy et garder à distance tous ses concurrents en tête desquels François Fillon ou Bruno Le Maire. Pourtant, n'importe quel bon communicant lui aurait fait faire une diète médiaque pour tenter de retrouver une certaine parole juste. La base de tout politique qui veut remonter dans les sondages (aujourd'hui Jean-François Copé est largement en dessous de Hollande...) est de se taire.

La conférence de presse d'hier matin a montré, une fois de plus, qu'il voulait garder encore sur lui toute la lumière et tout le temps de parole. Sans être pensée et sans prendre en compte la réalité de ce qu'attendent les citoyens, Jean-François Copé a pris la posture de la victime. Il pousse même le vice à dénoncer les médias comme étant le vecteur du tous pourris.

Mais voilà, Jean-François Copé n'a pas compris la révolution que le monde digital a fait naître : le pouvoir s'est déplacé sur les citoyens. Les internautes ne sont plus dupes de la communication communicante. Ils veulent du vrai et pas une promesse de communiquer une comptabilité si les autres font pareil (un coté "nananère" sans couille non ?) surtout quand cela existe déjà (cf )... une ineptie de plus après des relations douteuses avec des hommes d'affaires ou des politiques, un pain au chocolat, le "tous à poil" etc... etc... Jean-François Copé semble être le symbole de ce "tous pourris" qu'il reproche aux autres.

La question est : Sommes-nous contraints de boire Jean-François Copé jusqu'à la lie, ou l'opposition aura-t-elle l'intelligence de changer de leader ?

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article