Dans la vie vraie

par emery doligé

Violées.

Violées.

Il y a quelques jours, une femme me racontait son viol. Peu de violence physique, une mise au respect avec un couteau, une heure de viol sans discontinuer dans un hôtel où elle s'est laissée mener tétanisée. 10 ans pour s'en remettre et 18 ans plus tard elle en garde des séquelles. Impossible de pratiquer une fellation, une appréhension terrible quand un homme lui plait. Son agresseur est toujours libre, elle ne se souvient que de son parfum.

Il y a trois ans, une femme m'a raconté son viol. Tabassée d'abord puis violée puis retabassée et laissée pour morte. Elle a mis huit ans à s'en remettre physiquement. Vingt ans plus tard, elle demeure ultra violente avec la violence. Elle casse la gueule sans préambule aux hommes qui exprime l'envie de taper une femme. Je crois qu'elle attend que le mec - récidiviste - ressorte de prison en 2015.

Il y a quelques mois une femme m'a dit qu'elle s'est laissée prendre par deux hommes sans rien dire sinon elle ne sortait pas vivante de ce traquenard. Elle m'a dit avoir "fait la porno star". Les mecs ont éjaculé très vite et sont partis. Pas de capote, elle n'a rien eu comme séquelle. Elle a recroisé l'un des deux qui a voulu recommencer "parce que tu étais hyper bonne", elle a crié, il s'est fait abîmer par trois hommes qui passaient par là.

Il n'y a pas un viol. Ils sont tous différents. Et parfois, il y a un peu de chance.

Entre chez elle et chez ses parents, un soir de fête familiale, un homme lui a dit "allez on s'embrasse, c'est la fête". Elle a cédé en pensant se débarrasser de l'importun menaçant. Il n'en ai pas resté là, m'a-t-elle raconté quand je lui ai dit mon envie d'écrire quelques lignes pour inciter les femmes à parler. Il l'a prise sur l'herbe pendant quelques secondes infinies. Elle n'en a jamais parlé, mais, depuis vingt ans, elle n'arrive plus à embrasser.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article