Dans la vie vraie

par emery doligé

Le Journal du Dimanche (479)

Le Journal du Dimanche (479)

Lundi : La note a eu un retour violent. Nous l'avions écrite à quatre mains, il nous l'a renvoyée avec plein d’annotations sans nuance. Le soir, il m'a appelé pour me dire qu'il avait été un peu trop véhément pour d'autres raisons. Je lui ai dit que mon rôle était aussi de faire la part des choses. Sinon, j'ai vu un film en projo presse. Nous étions peu avec notamment Polony et Ruquier. Dans l’ascenseur, Ruquier a dit "Plus de mon âge ce genre de film". Oui, un film nul.

Mardi : Après l'annulation d'un déjeuner, je lance une proposition sur twitter. Une personne répond, nous déjeunons ensemble. J'adore ce genre de rencontre sans savoir. Il y a quelques indicateurs numériques visibles mais sans plus. J'ai adoré cette rencontre. En fin de journée, une négociation effectuée en vingt-cinq minutes. Tout le monde d'accord.

Mercredi : Je croise plusieurs journalistes pour plusieurs raisons différentes. A chaque fois je me débrouille pour leur demander s'ils sont tout support. Aucune réponse positive et même une engueulade sur le thème le "numérique c'est de la merde, il abime l'information pour la fast info... ouais comme les fast foods". Il y a encore du boulot.

Jeudi : Quoi ? un jour férié ?... Trois rendez-vous.

Vendredi : Aujourd'hui, j'ai créé un binôme sur un sujet "bon et beau" avec une femme experte dans le digital... une vraie experte. Pas un(e) twittos fol(le) qui se pousse du col. C'est une vraie joie. Quand les choses se passent vite et bien dans un enthousiasme réel et sincère ce n'est plus du travail mais du divertissement.

Samedi : J'ai fait de la finance.

Dimanche : « Qui a confiance en soi conduit les autres. » Horace

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article