Dans la vie vraie

par emery doligé

Le Journal du Dimanche (488)

Le Journal du Dimanche (488)

Lundi : J'écoute une personne embauchée sans me consulter pour un rôle de communiquant qui concerne une de mes activités. Elle me parle et je n'ai pas envie de travailler avec elle. Et je sais que je vais devoir la faire virer. Elle est très con. Et le droit est ce qu'il est, elle ne pourra être virée que pendant sa période d'essai. Tristesse du droit.

Mardi : Diner avec une femme que je n'ai pas vue depuis presqu'un an. Elle a changé de vie, de pays. Elle est rayonnante, pleine d'envies. Elle monte une entreprise frappée au coin du bon sens. Une pépite.

Mercredi : Je fais passer un entretien. Un CV ne fait vraiment pas tout. Le savoir-être est crucial, surtout en mode start-up. Et j'ai cette côte fêlée qui continue de me lancer. Les nuits sont insupportables et les jours lourds. Je vais arrêter de faire passer des entretiens.

Jeudi : J'ai raté un rendez-vous. Cela ne m'arrive jamais. Mais là, volontairement, j'ai fait un choix. C'est le parfait acte gratuit. Une après-midi parfaite.

Vendredi : J'ai déjeuné à 15h30 chez Lipp. Il n'y avait personne. Enfin deux tables de touristes. Evidemment, j'ai terminé par un millefeuille. En trop. Mais il fallait que je le fasse, c'est une tradition. Je déjeunais là tous les dimanches avec mes grands parents quand j'étais minot et je finissais par ce gâteau.

Samedi : Le mot du jour a été "sublime".

Dimanche : « Aucune femme n'est pareille. Chacune a quelque chose d'unique et d'irremplaçable. » François Truffaut

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article