Dans la vie vraie

par emery doligé

Le Journal du Dimanche (503)

Le Journal du Dimanche (503)

Lundi : Rencontre avec un filou comme je les aime. Son arrivisme est marqué sur son front, il ne s'en cache pas. Il sert son intérêt comme personne et est capable de faire croire tout et son contraire. Comme j'aime ce genre de personnage vulnérable.

Mardi : Après des chèques en bois, des articles de commandes, un management mentant, un projet continue d'interpeller. J'ai au téléphone un de ses probables investisseurs qui me raconte qu'on lui a dit de payer avant de voir. Audiard a toujours raison.

Mercredi : Double inauguration. Coravin se lance enfin en France et la Fiac fait son vernissage. Le premier, je vous en ai déjà parlé, en 2013. Cela fait un an que j'utilise l'objet avec bonheur. Le second, invité par mes amis d'Orange, j'y vais toujours avec un vrai bonheur. J'aime l'art contemporain. Je ne sais pas pourquoi. Le regard d'un instant surement. En moins de 5 secondes, on est marqué par un univers.

Jeudi : Je découvre au hasard un nouvel hôtel luxe, le 5 Codet, rue Codet à Paris VII. Il n'est pas encore ouvert, mais semble vraiment sympa. On m'a dit que l'ouverture allait avoir lieu dans quelques semaines. Impatient !

Vendredi : Dans le train pour retrouver les miens, je lis le premier livre de Nikos Aliagas. Il m'étonne ce mec. Ce n'est pas de la grande littérature, mais c'est un témoignage juste. J'en ferai une note.

Samedi : Rien à communiquer.

Dimanche : « La conscience d’avoir bien agi est une récompense en soi. » Sénèque

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 1

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article