Dans la vie vraie

par emery doligé

Le Journal du Dimanche (509)

Le Journal du Dimanche (509)

Lundi : Rendez-vous avec un forain. Son grand père a inventé tout un tas de trucs. J'ai découvert qu'il y avait eu les bateaux tamponeurs et que mes pairs du suréalisme, du dadaisme et de la 'pataphysique considéraient que les valeurs des forains étaient les plus joyeuses. Une claque.

Mardi : Gare au gorille. Oui, c'est un restaurant qui rend hommage à Brassens. Et puis comme mes amis des Déserteurs, les gars du Gorille sont des anciens d'un bon restaurant (en l'espèce Septime). Quand un restaurant ou tout autre métier sait faire naître de nouveaux talents, c'est toujours un gage de bon.

Mercredi : Un pote me raconte comment on lui a appris qu'il était viré : "Je dois me séparer de toi parce qu'un investisseur me le demande, mais je viendrai te rechercher parce que tu fais partie de ma famille". Il ne l'a pas cru.

Jeudi : Petit déjeuner à 7h15 au Flore avec un patron de chaine de télé. J'écoute et je l'imagine ailleurs, je le projette dans des sphères poétiques et artistiques. Je recherche sa part féminine pour pouvoir répondre à sa question.

Vendredi : Les Rencontres de Cannes. J'interviens dans une table ronde sur la Peur de demain. Un vrai sujet. Le soir, l'un des intervenants vient me remercier pour mes propos... et là, je me suis fait tout petit dans mes baskets. Enorme kiff !

Samedi : Rien à communiquer.

Dimanche : « On ne peut absoudre celui qui ne se repent pas. » Dante

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article