Dans la vie vraie

par emery doligé

Elle m'a posé une question...

Elle m'a posé une question...

Petit déjeuner. Audrey absente.

- T’as l’air rêveuse

- J’l’suis... j’ai passé une étrange soirée hier.

- Tu as fait quoi ?

- Je me suis fourvoyée !

- Ah oui ?

- J’étais chez le père de François pour une fête. La soirée était bien entamée quand il m’a demandé d’aller à la cave prendre une bouteille ou deux.

- ll n'est pas très malin ce François, son père à des bouteilles de dingue, et toi t’y connais rien !

- Bon, j’arrive en bas, à tâtons je trouve l’interrupteur mais la lumière ne s’allume jamais.

- T’as pété un grand cru ?

- Nan... Y’avait quelqu’un en bas

- Qui ?

- J’en sais rien, il faisait noir, je sais juste qu’il portait une chemise en soie, j’ai un faible pour les chemise en soie, il m'a saisie les mains et vite fait je me suis laissée embrasser.

- Et...

- Ses mains se sont aventurées sous mon pull aussi

- Audrey, est-ce que tu sais que les chemises en soie sont en vente libre et que n’importe qui peut en acheter ? même un dégénéré du sexe.

- Oui je sais... puis ses doigts ont grimpé le long de mes cuisses jusqu’à l’élastique de ma culotte qu’il a baissé

- Il m'a l'air bien ce mec

- Oui, et là contre un tonneau, prisonnière de mes mouvements, il m’a fait jouir juste avec sa langue.

- Elles sont bien les soirées de son ambassadeur de père

- Quand je suis remontée, je devais être rouge écarlate, je pensais que tout le monde voyait ce que je venais de vivre

- Et ?

- Rien. Les poivrots voulaient juste que je remplisse leur verre. Moi, j’étais dans un état d’excitation de dingue… j’avais qu’une seule envie, redescendre à la cave pour qu’il me bascule. J’ai maté tous les mecs en espérant un signe, mais rien !

- T’as fait quoi ?

- Bah comme dans les films, je suis allée me mettre de l’eau sur la figure. La nouvelle petite amie du père de François était aux toilettes aussi, le même genre que d'habitude.

- C'est quoi le même genre que d'habitude ?

- Une blonde avec ! Elle me regardait en souriant, comme si elle avait compris... et ses seins pointaient comme des obus, limite elle bavait !

- J'ai toujours aimé le père de François. Mais là cela ressemble au cliché du vieux beau qui se tape une nymphette...

- Ah oui ?! Même si je te dis qu’elle porte aussi bien la soie qu’un dégénéré du sexe ?!...

- …

NDLR : "Elle m'a posé une question" est une chronique - devenue irrégulière - écrite à 80% par des invités restant anonymes. Cette chronique existe depuis 2010 sur Choses vues. Le principe est immuable : une conversation libre entre une femme de vingt ans et un homme de quarante. Si vous avez envie d'écrire : emery(a)noos.fr

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 1

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article