Dans la vie vraie

par emery doligé

En 2015, Le Bal des Blogueuses n'aurait pas vu le jour

En 2015, Le Bal des Blogueuses n'aurait pas vu le jour

En 2009, avec dix blogueuses et la complicité de la photographe Sandrine Sauveur, j'ai imaginé de refaire l'affiche du film de Maïwen, le bal des actrices, avec des blogueuses. Je vous passe les détails, à l'arrivée plus de cinq millions de visiteurs uniques sur l'affiche, des vidéos vues plusieurs centaines de milliers de fois... bref, pour un truc léger, les dix blogueuses ont eu une exposition forte (avec, en partie, la complicité de feu Le Post). A l'époque le résultat d'une telle campagne sans moyen et dans la bonne humeur a été puissant.

En 2009, le monde des blogs était beaucoup plus libre qu'aujourd'hui. En 2009, le média web était un adolescent, il permettait de s'amuser, d'imaginer des trucs et des bidules. De même, nous étions plus enclin à nous aventurer sur des terrains sinueux et escarpés. Quelle idée de réunir des blogueuses et de les faire poser nues ! Quelle idée d'accepter ! J'en garde un souvenir de dingue.

Si aujourd'hui je recommençais je ne pense pas pouvoir y parvenir. Si je n'ai aucun doute que Sandrine Sauveur jouerait le jeu, je ne suis pas certain de retrouver des femmes ayant envies de jouer le jeu. Les temps ont changé ma bonne dame et refaire six ans plus tard la même chose aurait un arrière goût de rance. En revanche, détourner une affiche avec le même concept pourquoi pas !... Mais laquelle ? Ne commencez pas à chercher... et comme vous, j'ai pensé aussi aux Marvel nus ou au détournement d'affiches de séries... Si je fais un appel à candidates voire à candidats, je risque de me retrouver bien seul. Là aussi, comme le web qui est devenu un outil mature, nous vieillissons ma bonne dame.

Même si le constat est amère, j'ai pu revivre et revoir une belle réalisation d'un dimanche après-midi de janvier 2009.

En 2015, Le Bal des Blogueuses n'aurait pas vu le jour
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 1

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article