Dans la vie vraie

par emery doligé

Le Journal du Dimanche (526)

Le Journal du Dimanche (526)

Lundi : Déjeuner hyper enthousiasmant avec un projet qui me revient après, fin 2011, m'être passé sous le nez pour des raisons propres à l'état du projet. Comme une puce, je suis. Le soir, direction la Fondation Louis Vuitton pour le vernissage d'une expo regroupant en six galeries des toiles de maîtres jamais exposées ensemble.

Mardi : Canalplay lance une rubrique humour. Les petits plats dans les grands. Quatre stand-uppers se succèdent au Comedy Club devant des happyfews ayant un blog. C'est marrant, de faire encore des soirées dédiées aux blogs. Parfois un post Facebook est plus puissant...

Mercredi : Rendez-vous lunaire avec la police-vos-papiers-s'il-vous-plait. Une plaque d'immatriculation que j'avais continuerait d'être utilisée. Ils me parlent de braquages et autres délits... Ils m'ont demandé : "Pourquoi ça vous fait marrer ?". J'ai souri.

Jeudi : Il fallait que je me rende à l'ouverture de East Mamma et au pot de Frenchweb. Et puis, la flemme. Y'a des jours comme ça. Et plus de batterie pour prévenir, la lose.

Vendredi : Exposition Jean-Paul Gaultier au Grand Palais en visite privée grâce aux bons soins du magazine Elle, j'aime. Sinon, étant toujours dans l'expectative que le Phantom de Devialet fonctionne, j'invite les équipes de cette célèbre marque française à passer chez moi pour m'expliquer ce que je n'aurais pas compris depuis un mois que je joue avec les échecs successifs de cet outil et de son application. Mais... bing badaboum, on n'arrive pas à se voir. Rendez-vous est repris pour une date ultérieure. Un cas d'école.

Samedi : Apprendre qu'un escroc fait subir à sa femme ses turpitudes est normal. Ils ont joué, ils ont perdu. Mais découvrir que leur enfant commence à en ressentir les affres avec ses amis est terrible.

Dimanche : "Si tu veux comprendre le mot bonheur, il faut l'entendre comme récompense et non comme but" Saint Exupéry

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article