Dans la vie vraie

par emery doligé

Le Journal du Dimanche (528)

Le Journal du Dimanche (528)

Lundi : Commencer la semaine par un petit déjeuner avec un non gréviste de Radio France qui m'explique que moins de 10% des salariés bloquent la Maison Ronde, réveille. Il me révèle la logique du doublement des postes et autres aberrations des remplacements qui coûtent un bras au contribuable. L'Etat exemplaire pourrait-il arriver ?

Mardi : Voir se comporter sans réserve ses enfants avec son père, ça n'a pas de prix. Le saut de génération, un truc de ouf.

Mercredi : Une journée à courir. Enchainer de bons rendez-vous, de riches échanges, ne pas s'essouffler, être au top et se dire que le kif viendra avec la victoire du PSG contre Barcelone. Et non. Se réveiller le lendemain fatigué en ayant trouvé que le kif était lors d'un moment avec une Rédactrice en chef d'un journal.

Jeudi : Dérives, un album de René Aubry. A mi-chemin entre un monde contemporain et un monde perché. Je me laisse dériver de sujets en sujets indicibles, non cartésiens pour toucher ce qui nous commande, notre quotient émotionnel. Pas simple à manipuler ce truc là.

Vendredi : Causeries autour d'un bouquin en écriture sur un tiers. Le Kelbook des années 2010. La phrase est : "ils ont inventé le journalisme assis".

Samedi : Le bruit des valises qui se préparent, les enfants qui crapahutent dans tous les sens. Dés le soir le silence. Putain de vacances scolaires.

Dimanche : « Blâme ton ami en secret ; vante-le devant les autres. » Léonard de Vinci

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article