Dans la vie vraie

par emery doligé

Pour se valoriser, Guillaume Peltier s'est-il offert un sondage ?

Pour se valoriser, Guillaume Peltier s'est-il offert un sondage ?

Dans la Lettre Valloire, obscure lettre confidentielle économique de Touraine, un sondage politique y est publié le 20 mai dernier. Je ne lis pas ce genre de lettre en général, mais là, il faut avouer que le contraste a attiré mon attention. Le sondage s'intitule : « Rapport de force à sept mois des élections régionales en région Centre-Val de Loire », rien que ça !

Il faut se dire que c'est la baston dans la Région Centre. Et cela crée même des antagonismes dans ma famille. Face-à-face pour la liste de droite : Philippe Vigier (UDI) et Guillaume Peltier (UMP, ex-Villiers, ex-FN).

Alors même qu’il s’agit d’une des trois Régions promises aux centristes par Nicolas Sarkozy notamment devant les parlementaires de son parti, le sondage n’étudie qu’une hypothèse, celle de listes séparées à droite et au Centre avec une liste Peltier, une liste Vigier et une liste MoDem menée par Marc Fesneau.

Qu'une feuille de chou économique aille aussi loin dans la posture politique me laisse à penser qu'il y a un loup.

Le sondage analyse les reports de voix des électeurs UDI du premier tour sur Guillaume Peltier et là, merveille, on obtient le chiffre décoiffant de 91%. WOW !... c'est énorme, décoiffant !... ça c'est de la Droite Forte !...

Plus finement, on pourrait même dire que l'ex-membre du Front National ne serait pas le repoussoir que les Centristes dénoncent, et le constat tombe comme une évidence : « Les élus sont centristes dans cette terre, mais pas la population. » . Fermez le ban.

Et Le Point, droit dans ses bottes, reprend l'article comme un fait, une évidence, sans chercher à... comprendre.

Ce n'est pas le cas de la Nouvelle République : « Les résultats et surtout l’interprétation d’un sondage dépendent d’abord de la manière dont les questions sont posées. Celui réalisé pour la lettre Valloire par Opinionway, à propos des prochaines régionales dans le Centre-Val de Loire, retient l’hypothèse de listes autonomes, à gauche comme à droite. Si la formule a l’intérêt de jauger le poids politique des uns et des autres, avec les limites bien connues de l’exercice – le scénario des récentes élections britanniques est là pour le rappeler – elle aurait gagné à évoquer également des stratégies d’union. Car avec la présence annoncée d’un FN qui se maintiendrait à un niveau très élevé, dans la foulée des départementales, l’issue d’une éventuelle triangulaire comporte une part de risque non négligeable, pour la droite comme pour la gauche ».

Et si on creusait un peu plus ?

D'abord ce sondage flatteur arrive au moment où Nicolas Sarkozy et le Bureau Politique de l'UMP choisissaient ses têtes de listes. Le tempo était donc le bon.

Ensuite, c'est OpinionWay qui réalise le sondage. OpinionWay, société de sondage très en vue à l'Elysée quand Nicolas Sarkozy était Président de la République, a de solides attaches avec Patrick Buisson (à l’Élysée il facturait une marge confortable de 52% rapporte la presse...). Patrick Buisson est le parrain politique de Guillaume Peltier et de la Droite Forte. Patrick Buisson a ses entrées au Point et Nicolas Sarkozy ne croit qu'aux sondages... vous la voyez la manip ?... L'orchestration est parfaite pour faire pencher la balance.

Autre question, comment une feuille de chou peut-elle se payer un tel sondage ? Elle ne l'a jamais fait avant. Qui a payé le sondage ? Est-ce Com1, la société de conseil de Guillaume Peltier ?

Toute cette histoire nous ramène à des méthodes Bygmalionesques qui font que Guillaume Peltier et d'autres ont été mis en examen. Il serait temps de changer tout ça.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article