Dans la vie vraie

par emery doligé

L'internaute est mort.

L'internaute est mort.

Comme vous j'ai reçu des cours, comme vous je les ai expérimentés, comme certains d'entre vous j'ai dirigé une agence au cœur des leviers de communication pour séduire les prospects et les clients. Comme certains d'entre vous, je suis passé du coté de l'annonceur, comme certains d'entre vous j'ai compris que le digital était partout et comme certains d'entre vous, j'ai mesuré toute l'implication dans un réseau sociale via un mobile.

Mais je suis au regret de vous annoncer qu'un être cher à disparu : l'internaute. Cette notion marketing est morte. Elle n'a pas été remplacée par le mobinaute ou que sais-je autre monstruosité de langage marketing comme le "conso".

De même, toute référence au support n'a plus lieu d'être car le support n'a plus d'intérêt. Plus aucun. Les supports sont redevenus ce qu'ils ont toujours été : des supports. Qu'ils se nomment web, télé, mobile ou autre écran, ces supports n'ont plus aucun centre d'intérêt. La consommation n'est pas en fonction d'eux mais en fonction du contenu.

L'enjeu est là. Le contenu.

Longtemps le support était associé à l'expérience de navigation. Mais les comportements sont adultes. Fini l'époque où l'on s'extasiait devant un écran. Fini l'époque où l'on considérait l'autre en fonction du support.

Enfin.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article