Dans la vie vraie

par emery doligé

Fleur Pellerin veut-elle toujours être ministre de la Culture et de la Communication ?

Fleur Pellerin veut-elle toujours être ministre de la Culture et de la Communication ?

Fleur Pellerin a plutôt passé un bel été sans faute ni désordre dans ses choix, ses positions et sa communication. Elle avait réussi à faire oublier ses errements et autres soucis de communication des six premiers mois de 2015.

Jusqu'à la semaine dernière. Mardi et dimanche.

Tout a commencé avec son passage plutôt catastrophique dans le Petit Journal de Yann Barthès, mardi. On savait déjà qu'elle avait du mal avec la lecture des livres de Modiano, on apprend dans cette séquence qu'elle ne sait pas faire fonctionner les outils de son ministère. Ministre de la Culture et de la Communication, Fleur Pellerin n'a pas su allumer une enceinte pour écouter de la musique ni la télévision de son bureau. A croire qu'elle ne s'y intéresse pas. De même, à la question du journaliste, elle n'a pas su dire de qui est la toile qu'elle a choisi pour décorer son bureau. Et d'autres choses encore comme les dossiers qu'elle ne connait pas... bref regardez :

Tout est symbole.

Yann Barthès n'enfonce pas le clou. L'image est terrible, il le sait, nous le savons tous. L'incapacité de la ministre révèle son impuissance et son rire pendant la séquence souligne encore plus cela. Elle a tenté la transparence absolue, elle se révèle telle quelle est : incapable. La ministre ne sait pas utiliser ce qui pourrait la mettre en relation avec les sujets de son ministère. Pire, elle ne peut se mettre à la place de l'usager puisque elle n'est pas usager elle même. C'est dans ces moments là qu'on regrette qu'elle ne connaisse pas la réalité du terrain des élus.

Fleur Pellerin veut-elle toujours être ministre de la Culture et de la Communication ?

Hier, dimanche, dans le Journal du Dimanche, Fleur Pellerin explique que France Télévisions n'aura pas le droit à la publicité après 20h et que la redevance audiovisuelle augmentera de un euro. Les chaines privées comme TF1 et M6 avaient appelé dans la semaine à ne pas permettre à France Télévisions de récupérer la publicité après 20h. Victoire totale du secteur privé sur le service public avec au passage une augmentation, certes minime, de l'impôt. D'aucun pourrait penser que la ministre cherche un futur job dans le privé.

Fleur Pellerin est la ministre de la Communication et de la Culture. Son rôle est de faire en sorte que nous, citoyens, ayons accès à la culture, aux médias etc... Et que sur ces derniers, nous ayons des programmes de qualité et indépendants. Là, du coup, il faut se demander pourquoi elle joue contre le service public, donc contre le public, en refusant huit minutes de publicité. Si je comprends la non extension à après 20h de la publicité (oui, la tendance est aux adblockers...), je ne comprends pas l'augmentation de un euros, d'autant plus que cela ne fait pas une manne importante nouvelle rapportée aux 2,4 milliards de budget de France Télévisions. Comment se fait-il que notre ministre ne soit pas plus inventive en matière de ressources pour France Télévisions ? Mais plus largement, n'incarne-t-elle pas un problème dans la parole publique en ne réfléchissant pas à d'autres solutions que celles qui obligent à faire en sorte que le politique soit un peu plus dévalorisé.

En somme, Fleur Pellerin a plus que raté sa rentrée médiatique et anéanti ses efforts passés. Elle a montré que son action ne servait pas le public, les citoyens. Le premier moment dans son bureau montre à quel point elle ne sait pas être un usager, son interview dans le JDD révèle qu'elle ne veut pas trouver des solutions pour aider le service public, donc le public. C'est à se demander si sa fonction l'intéresse toujours autant. A moins qu'elle sache déjà qu'elle sortira lors du prochain remaniement.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 1

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article