Dans la vie vraie

par emery doligé

Virginie Courtin-Clarins, l'héritière de Clarins sur orbite

Virginie Courtin-Clarins, l'héritière de Clarins sur orbite

En France, nous avons un fleuron de la beauté, de la mode : Le Groupe Clarins.

Un fleuron très français crée dans les années 50 et dirigé par la troisième génération de la dynastie Courtin. Clarins, en chiffre, représente 10 000 employés dans le monde pour 1,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Forte de son groupe, la famille Courtin se hisse à la 17ème place des fortunes françaises.

Aujourd'hui, C'est Virginie Courtin-Clarins qui héritera de la place de Présidente dans quelques années. L'ensemble des membres de la famille rajoute "Clarins" à son nom par fierté du travail accompli.

Elle est passée hier dans l'émission de Canal+, Le Supplément, présentée par Ali Baddou.

Regardez à partir de 61'34, cela dure dix minutes, on en parle après :

Je ne regarde plus le Supplément.

Les réseaux sociaux ont suscité ma curiosité, notamment le tweet de Eric Maillard : "En plein vomissement devant la famille Courtin-Clarins".

Alors, j'ai pris le temps de regarder. Deux fois.

La première fois, je me suis dit que ce n'était pas possible de communiquer ainsi en 2015, autant d'insolence quand on représente une marque n'est plus possible.

La seconde fois, je me suis dit que Virginie Courtin-Clarins devait se mettre à bosser pour pallier toutes ses erreurs qui réduisent sa famille à un mauvais produit dérivé des Kardashian.

Après ses deux visionnages, je me suis demandé ce qu'il faudrait pour que Virginie Courtin Clarins redescende sur terre et comprenne ses devoirs. Et j'ai pris la plume.

Chère madame,

Quand vous vous présentez à un média, il faut se préparer et raconter quelque chose.

Ce que vous vouliez faire passer pour de l'authenticité ressemble à de l'insulte à notre époque. Par exemple, quand Ali Baddou vous relance sur la robe du créateur maison que vous allez recevoir de monsieur votre père, c'est pour tenter de vous sauver car ce moment est terrible dans le reportage. Vous faites faire un défilé, votre père est content, et il fait un cadeau hors de prix à sa fille. Ce n'est pas un bon symbole. Cela vous donne l'image de l'héritière parvenue alors que vous dites : "C'est très important pour moi de ne pas donner l'image d'une fille qui arrive là et qui à sa place acquise". C'est raté.

De même, quand vous nous imposez une séance de baisers entre le bellâtre à lunette de soleil qui oublie le savoir vivre et votre soeur, on se dit que la télé-réalité n'est pas encore morte. Et c'est pire encore lorsqu'une soeur jumelle explique que sa soeur va devenir avec beaucoup d'hésitation une boite à idée pour le Groupe. En tant que dirigeante, vous auriez du montrer que vous saviez de quoi elle parlait. Un passage média se prépare à tous les étages.

Un peu après vous dites : "On n'a pas eu un plan de carrière préétablit en disant que .../... mais on savait qu'on finirait chez Clarins". Cette phrase et votre expression sont terribles. Les faits démontrent un mensonge, vous n'avez que trente ans et vous êtes déjà au sommet du groupe familial. De même votre expression : menton haut, yeux rejetés en arrière etc... montre toute votre suffisance. C'est à ce moment là où je comprends, même si le terme est excessif, le tweet d'Eric.

Madame, vous devez prendre le relais de monsieur votre père en 2021 pour poursuivre une saga familiale française hors du commun. Il vous reste six ans pour travailler votre ambition, votre communication afin de faire mentir l'adage qui dit que c'est la troisième génération qui dilapide une fortune.

Bon courage,

Bien à vous,

Emery Doligé

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 1

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article