Dans la vie vraie

par emery doligé

Réseaux sociaux : je est un nous bruyant.

Réseaux sociaux : je est un nous bruyant.

Depuis l’avènement des réseaux sociaux, nous ne sommes jamais seuls. Il y a même sur twitter un hashtag qui réunit au milieu de la nuit les insomniaques.

Et même si nous n’interagissons pas avec l’autre, l’autre est à portée d’ouverture d’une application. Que l’on «matche» sur Tinder, que l’on «snape» sur Snapchat, que l’on lise ou poste un statut sur Facebook tout en alertant qu’on écoute telle ou telle musique sur Deezer, nous sommes en interaction avec l’autre sans discontinuité. L’autre nous arrache à notre solitude ou à notre sentiment de solitude.

“Notre espace public est colonisé par des technologies qui visent à capter notre attention.” explique Matthew Crawford

De même, dans nos pensées, l’autre s’enquiert de ce que nous croyons, de ce que nous espérons. Et l’autre est multiple. Pour ne pas décevoir, nous sommes souvent contraints d’entrer dans une relation «commerciale» avec l’autre : nous vendons une posture pour être le plus rassembleur ou pour se donner un genre (poétique, artistique, humain, révolté, …). Dites moi qui a plus de dix vrais amis (question : vers qui iriez vous si vous veniez de tuer quelqu’un ?) et je reconsidèrerais cette dimension «commercial». Le réflexe «commercial» l’emporte sur l’opinion, la croyance, une pensée déviante de ce que nous sommes vers le plus petit commun dénominateur.

La suite .

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article