Dans la vie vraie

par emery doligé

Dans la baston entre Arthur et le Mouv´, seul le temps compte.

Dans la baston entre Arthur et le Mouv´, seul le temps compte.

Depuis quelques jours, Arthur, l'animateur-producteur et Président de Ouï FM explique dans la presse qu'il veut racheter Le Mouv´, propriété de Radio France et dirigé par Joël Ronez, récemment nommé. Radio France comme Joël Ronez ont donné une fin de non recevoir à la proposition de Arthur. Chacun a sorti ses arguments, plus ou moins élégants. Et pourtant, un élément perdure : Quelle est la réalité économique du Mouv´ ?

Le Mouv´ a un budget de 17 millions d'euros par an pour une audience autour de 200 000 auditeurs. C'est comparable, pour l'audience, à un blog très lu ou à un petit site web qui n'a pas encore de régie conséquente.

Quand je chroniquais au Mouv´ dans l'émission de l'ami Jean Zeid avec mon compère David Abiker, il y a quatre ans, le Mouv´ était déjà pointé du doigt comme la radio qui tirait vers le bas Radio France en terme de ratio audience/budget. Mais nous n'étions pas aussi bas qu'aujourd'hui.

Le Mouv´ est une pépite dans l'univers radiophonique qui avec un esprit Rock n'roll s'adresse aux plus jeunes. Ces derniers étant très dragués par les radios musicales. Ils sont volatiles et changent souvent de radio. Le Mouv´ n'a jamais su les attirer.

Joël Ronez vient du web. En le nommant à la tête de cette radio, Jean-Luc Hees, patron de Radio France, indique l'ambition : le média global. Joël Ronez a toujours bien rebondi après des succès remarqués et d'estime chez Arte puis à la tête du web de Radio France. Aujourd'hui, il a devant lui un terrain de jeu autrement plus compliqué. et surtout, il doit transformer 17 millions d'euros annuels de budget en audience réelle.

Dans d'autres médias, comme à la télé, on a arrêté des émissions de télévision qui ont eu des résultats supérieurs. Dans la vie économique réelle, on ferme des sociétés qui ont des résultats financiers meilleurs que Le Mouv'. Et en plus, nous sommes en temps de crise où le moindre gâchis financier est pointé encore plus fortement du doigt. Joël Ronez va donc devoir lutter contre tout cela.

Mais Joël Ronez est protégé. La dichotomie entre le service public et le secteur privé est importante. Les arguments d'Arthur portent dans un univers non protégé où la concurrence est la règle et le résultat financier la mesure. Les arguments de Arthur viennent se fracasser contre un système qui n'est pas son monde et défendu par une partie de la presse qui ne lui donnera jamais raison a minima et, a maxima, soutiendra Joël Ronez dans sa quête de sortir Le Mouv´ des profondeurs dans lequel il se trouve.

En somme, la baston entre Arthur et Joël Ronez pourrait ne servir à rien. Mais il faut aller un peu plus loin. Il faut comprendre que Le Mouv' est un symbole pour Radio France, il ne peut donc pas se gérer par le bon sens. Toutefois, avec ces échanges publics, Joël Ronez apparait encore plus comme le dernier fusible pour commuter Le Mouv' avec son public. Arthur a été malin de déclencher une polémique qui prend date. En répondant si fortement, Joël Ronez est encore plus condamné au succès.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article