Dans la vie vraie

par emery doligé

Fleury Michon, le Surimi autrement

Fleury Michon, le Surimi autrement

Quand une chargée des RP online de l'agence "C'est dit, c'est écrit" m'a contacté pour me proposer d'aller visiter l'usine de surimi de Fleury Michon près de Nantes, j'ai cru à une blague. Et puis, je me suis dit pourquoi pas.

Fleury Michon, groupe à l'actionnariat familial majoritaire, faisant un chiffre d'affaires de 710 millions d'euros en 2014, en croissance de 2% (...et 12% sur le surimi alors que le marché chute) et ayant 3800 salariés dont plus de 80% en Vendée, est considéré comme le leader français sur son marché.

Je n'aime pas le Surimi, mais mes enfants, si. J'ai tellement entendu de choses sur cet aliment si populaire au Japon (1/4 de la production mondiale est consommée là-bas) que cela aurait pu finir par m'inquiéter si mes enfants se sentaient ballonnés après en avoir mangé. J'ai jeté un coup d'œil avant de partir dans le frigidaire pour connaître la marque : marque distributeur ou marque producteur ? Résultat : Fleury Michon.

Alors pourquoi tous ces mots contre ce bâtonnet de poisson relevé d'un peu de paprika ?

La réponse est arrivée rapidement dans l'usine Fleury Michon. C'est vrai que les marques distributeurs sont produites dans les mêmes usines que les marques producteurs, mais pas sur les mêmes chaînes. Quand j'ai vu la différence de qualité du produit de base entre les deux chaînes de production tout est devenu évident : le produit pour la marque distributeur est beige-âtre quand celle de Fleury Michon est d'un blanc limpide et pur. Tout au long de la visite de l'usine j'ai pu constater, alors que le cycle de production est identique, la différence de qualité. Les distributeurs ne voulant pas investir dans la matière première responsable et préférant rajouter des conservateurs and co, ils n'atteignent pas la même qualité que le surimi de marque producteur. Vous savez ce qui vous reste à faire...

Pour autant, il reste encore des points de progression pour Fleury Michon. Notamment, si d'autres blogueurs ont démontrés avant moi que le surimi de cette marque était bien des filets de poisson et non des déchets de poisson (cf l'opération en 2014 "Venez vérifier" de Fleury Michon jusqu'en Alaska), il reste à ce groupe de rapprocher son lieu de pêche pour être davantage éco-responsable ou bien encore de trouver la solution pour virer les 2% de sucre qui aujourd'hui protègent la qualité des protéines du surimi.

En plus de la dimension "cuisine" de cette visite, j'ai pu aussi me faire plaisir avec le design, notamment le design industriel. Ceux qui lisent ce blog régulièrement savent que je parcours quelques villes loin de chez nous pour assister et participer à des manifestations autour du sujet, avec comme point d'orgue la design week de Milan. Le département R&D de Fleury Michon est novateur. J'ai promis sans rien signer, que je ne révélerai rien de ce qui m'a été donné de voir des nouvelles chaînes de productions de ce groupe. Toujours est-il, je peux vous dire et même vous assurer, que nos ingénieurs français sont loin d'être les plus mauvais pour allier technologies et rentabilité. La productivité est un art bien maîtrisé et avec du bon sens en plus.

Du coup, j'ai posé des questions sur le volet social du groupe. Il m'a été répondu qu'ils ne sacrifiaient pas les employés sur l'autel de la robotisation (moins de 10% d'emplois précaires : 9% cdd et 1% interim) que le turn over était proche de zéro : mes interlocuteurs (4 en tout) étaient dans l'usine depuis au moins 10 ans. J'ai poussé le vice à demander si parmi les salariés il y avait des handicapés, le patron de l'usine m'a répondu par l'affirmative.

En sortant de l'usine, j'étais content. Content d'avoir rencontré des hommes et une femme heureux de travailler chez Fleury Michon. Content d'avoir vu tourner des solutions technologiques made in France d'une rare modernité. Content qu'ils n'aient pas essayé de me faire goûter du Surimi. Il y a de la qualité, du respect et de la confiance chez ces gens là qui savent produire autrement pour tenter d'approcher leur ambition folle mais juste de "faire mieux manger les Hommes".

Merci à vous : Gérard, Erik, Nathalie et Guillaume.

#VenezVerifier :

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 1

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article