Dans la vie vraie

par emery doligé

François Hollande a le même travers que Nicolas Sarkozy

François Hollande a le même travers que Nicolas Sarkozy

Leonarda nous a mis face à un Président non-Présidentiel nous expliquait Alexandre Jardin dans l'Opinion. Il nous a mis surtout devant un homme qui a révélé un travers déjà connu chez Nicolas Sarkozy.

Quand François Hollande était Premier Secrétaire du Parti Socialiste, il n'avait de cesse d'orchestrer la synthèse des courants pour a minima générer un contentement minimal chez tous les éléphants socialistes. Comme tout le monde savait qu'il allait tout faire pour leur faire plaisir, il a duré. Depuis qu'il est au Gouvernement, il gère les différentes tendances socialistes de gauche, de droite et autres écologistes. Mais il y a les couacs qui montrent l'évidence : tout l'entourage de François Hollande manipule François Hollande.

Pourquoi ?

Qu'est-ce qui pousse un homme à se laisser avoir autant ?

Si Leonarda a montré une nouvelle fois les errements de la communication présidentielle, elle a aussi révélé davantage ce que l'on avait déjà vu apparaître dans l'affaire du tweet de Valérie Trierweiler appelant à voter contre Ségolène Royal : François Hollande cherche à être aimé.

De même, les bretons râlent fortement à cause de la mise en place de l'écotaxe. La Bretagne est socialiste depuis longtemps, le Gouvernement nomme un monsieur Bretagne pour calmer tout le monde. Le Gouvernement modifie pour bien se faire voir par les bretons la façon d'échanger, François Hollande est à la manœuvre pour récupérer l'amour local. Le Gouvernement est à l'écoute de ses clients. La question qui se pose dans ce cas est : Est-ce que s'ils exerçaient leur pouvoir, les gouvernants auraient prévus ces râles ?

Quand on cherche l'amour, on cours derrière sans stratégie. Et c'est là qu'est le cœur du sujet de la Présidence de François Hollande et c'est là aussi qu'on retrouve Nicolas Sarkozy. Ces deux Présidents ont oublié le vrai sens de la phrase de Bonaparte : "Quand on a le pouvoir de commander, il y a de la gloire à se faire aimer".

Que nous dit le futur Empereur ? Il explique que commander et se faire aimer sont deux choses différentes et que si on dirige les Hommes, on peut ensuite (et non avant) essayer de s'en faire aimer. Bonaparte nous explique que pour que les Hommes puissent commencer à aimer ils doivent être guidés, emmenés, amenés à une meilleure espérance. L'un puis l'autre. La nomination, comme l'élection oblige à démontrer son pouvoir avant de chercher à se faire aimer. Comme dans la vie professionnelle.

Nicolas Sarkozy courait dans tous les sens comme un enfant pour attirer l'attention. François Hollande, lui, essaye de faire en sorte que tout le monde lui sourit. Les deux essayent d'être au cœur des autres.

Mais un Président, ça préside d'abord.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article