Dans la vie vraie

par emery doligé

Ça commence à me gonfler l'innovation

Ça commence à me gonfler l'innovation

Entré dans le monde merveilleux du web, il y a vingt ans, je n'ai eu de cesse d'entendre les mêmes mots : innovation, nouveauté, première fois et tout un tas de synonymes pour affirmer haut et fort que l'important est de révolutionner les usages, la vie par les solutions, les produits.

En fait non.

Quand on y réfléchit avec un peu de noirceur, nous sommes, pour le plus grand nombre d'entre nous, moyens. Voire quelconque. Nous nous imaginons super héros quand nous avons à peine l'étoffe d'un arriviste qui tuerait père et mère pour aller plus haut dans l'échelle sociale. Oui, je sais, je suis dur mais regardez vous, regardez autour de vous. Et même si on pousse la chose, on peut même assurer que l'illusion de puissance de notre parole dans les réseaux est bel et bien un placebo de nos vies.

En parallèle de ces évidences, la société, nos univers professionnels nous invitent à nous dépasser pour gagner plus en tout. On a même inventé des Saint Graal sociaux comme le titre de directeur de l'innovation ou comment se toucher avec un titre.

Mais la chose est beaucoup plus perfide au fond. Nos ambitions de révolution masquent toute une panoplie de complexes, de doutes et de petitesses à compenser.

Pour ma part, je ne veux pas innover, je veux (m') améliorer. Ce n'est pas pareil.
Innover vient du mot latin innovare qui signifie « revenir à, renouveler ». Innovare quant à lui est composé du verbe novare de racine novus, qui veut dire « changer », « nouveau », et du préfixe in-, qui indique un mouvement vers l’intérieur. L'innovation est un mot qui renvoie à ce qui n'est pas humain. Amélioration vient de l’ancien français ameillorer, dérivé du latin melior (« meilleur ») avec le suffixe -ation. Les racines étymologiques enseignent que l'amélioration est moins sensationnelle que l'innovation mais qu'elle comprend le meilleur pour l'être humain.

Il y a dans cette comparaison une distance avec qui nous sommes que le transhumanisme essaye de réduire. Le transhumanisme est le sujet de l'amélioration par excellence. Une politique d'amélioration plus que d'innovation prendrait en compte ce qui a du sens plutôt que la seule profitabilité.

Alors repensons notre rapport à l'innovation. L'innovation n'est rien sans l'amélioration de ce que nous sommes, souvenez-vous des Google Glass que pour ma part j'ai moqué, dés le début, comme n'ayant pas de sens.

La quête du sens devrait être notre premier réflexe.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 3

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article