Dans la vie vraie

par emery doligé

Le Journal du Dimanche (427)

Le Journal du Dimanche (427)

Lundi : Déjeuner avec un homme au-dessus de la mêlée chez Récamier. Récamier, îlot de la Rive Gauche où il serait plus rapide de faire la liste des no-names qui y déjeunent que celle des autres. Si vous aimez le bon et les soufflets je vous le recommande.

Mardi : Dans les yeux. Dans la rue un homme mince, chauve et tatoué, au regard bleu profond m'a tendu une petite pancarte sur laquelle il indiquait sortir de prison. Je lui ai serré la main avec un billet glissé entre nos paumes. Le regard, c'est l'âme. Sinon, je me suis confessé, .

Mercredi : Les syndicats n'amassent pas foule contrairement à Marine Le Pen. Est-ce que je suis inquiet ? Non, ce n'est qu'un transfert d'un extrême vers l'autre. Rien de nouveau dans l'Histoire.

Jeudi : Construction autour d'un truc d'avenir au rythme du poids de mots et du chocs des images. Sans changer l'ADN mais en augmentant sérieusement sa portée. Digitalisation, j'inscris ton empreinte.

Vendredi : Echanges avec Eva, puis drôleries avec Cyrille, David et Alexandre, déjeuner avec David, et construction avec Jérôme et un peu Manuel, conversation avec Xavier, puis dix minutes avec Vanessa et point avec Emmanuel. Finir avec David (un autre) et Laurent. Quelle journée.

Samedi : The Voice à la Plaine-St-Denis, nains aux anges.

Dimanche : « Trop d'économie à louer les autres annonce une grande indigence et beaucoup d'avidité. » Plutarque

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article