Dans la vie vraie

par emery doligé

Le Journal du Dimanche (447)

Le Journal du Dimanche (447)

Lundi : Je commence la semaine par un énervement. A la conférence Flow, un publicitaire qui se pousse du col raconte qu'il a un nouveau concept qui va l'amener à réfléchir autrement parce que l'époque veut ça... Oui, il vient de découvrir qu'il fallait mettre l'homme au milieu de toute chose depuis que le Time a titré "Google vs Death". Ne rien comprendre et bêler.

Mardi : La veille au soir j'avais convié une trentaine de gens à la projection privée du magnifique "Les Garçons et Guillaume, à table" de et avec Guillaume Gallienne. Je ferai mieux le tri la prochaine fois. Sinon, un mardi au féminin où j'ai œuvré pour que des femmes prennent le pouvoir.

Mercredi : Déjeuner avec un boss d'agence qui veut se montrer un peu plus dans les médias. Il va être père dans quatre mois. Je lui ai demandé qu'est-ce qui, intimement, le poussait à vouloir entrer dans ce jeu et que faute de réponse je ne pouvais l'aider...

Jeudi : Dans le cadre de mon action dans TEDxParis, il y a parfois des gens qui sont plein de générosité et qui offrent des trucs et des bidulles dingues... Putain que cette journée commençait bien ! Il y a encore des gens qui aiment les autres.

Vendredi : Grosse claque lors de la visite en douce de la Tour 13. Note à suivre.

Samedi : Ma fille change de répétiteur. Celui qui se présente à moi aujourd'hui est plus vieux. Dans sa troisième phrase pour se présenter, il indique qu'il a écrit des livres sur commandes et notamment des publications érotiques. Ses doigts caressent ses lèvres quand il écoute ma fille lui parler. Je lui ai gentillement dit que cela n'allait pas le faire.

Dimanche : « Je hais la prudence, elle ne vous amène à rien. » Jacques Brel

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article