Dans la vie vraie

par emery doligé

Le nouveau site de l'Elysée de François Hollande : Ce qu'on peut souhaiter (part 3)

Le nouveau site de l'Elysée de François Hollande : Ce qu'on peut souhaiter (part 3)

Après l'Analyse et le Coût, voici le troisième volet consacré à la refonte du site de l'Elysée par les équipes de François Hollande.

Le temps dira si malgré tout il n’y a pas un peu d’espoir dans cette volonté de mettre en avant le site internet de l’Elysée. Même si François Hollande paraît peu intéressé au sujet, il est bon qu’on parle un peu d’internet à l’Elysée, même si c’est pour la forme. Rappelons en effet que le lancement de la nouvelle version d’Elysée.fr en 2010 avait marqué le début d’une offensive importante du Président Sarkozy sur les sujets numériques. Nicolas Princen avait utilisé Elysée.fr comme point d’entrée pour mettre le numérique au cœur de l’Elysée, s’en était suivie une politique très ambitieuse en termes d’open data (création d’Etalab dirigé par Séverin Naudet en 2011), de dialogue avec les entrepreneurs du numérique (création du Conseil National du Numérique) et de mise en avant du poids d’internet dans la croissance économique et la gouvernance du monde avec le fameux e-G8 qui a vu la terre entière du web venir à Paris, et Internet être discuté et valorisé à la table des 8 chefs d’Etat du G8 à Deauville.

Il ne faudrait pas que par peur du mimétisme, les socialistes s’interdisent de suivre la même trajectoire, et que Pigenel et Giudicelli se donnent pour ambition de suivre la voie tracée par leur prédécesseur, surtout dans un contexte où les sujets numériques sont absents de la politique du gouvernement – Fleur Pellerin n’arrivant pas à exister et à répondre à la colère du secteur devant le PLF 2013, l’insulte faite aux entrepreneurs, patrons et autres artistes, les 75% d’impôts pour les plus riches et les 65% de taxe sur les plus values de session de parts entérinées cette semaine, comme sur le reste.

Elysée.fr : peut-il être le symbole d’un intérêt nouveau porté par l’Elysée aux sujets numériques ? C’est en tout cas ce qu’on peut espérer à la lumière des années Sarkozy. En attendant, on ne peut que constater que le nouvel Elysée.fr n’est pas porteur de cette dynamique, tout simplement parce qu’en se contentant d’être seulement une nouvelle vitrine, en jetant à la poubelle les applications qui faisaient son originalité et sa richesse, et en perdant l’occasion de monter la prochaine marche (passer d’un service d’information nationale à un service d’information internationale), il n’est porteur d’aucune ambition pour le numérique et pour la France, et n’est en définitive rien d’autre qu’un site internet parmi des milliers, cache misère low-cost d’une politique numérique elle-même complètement virtuelle.

Maintenant, et cela serait tragique, Pigenel et Giudicelli ne sont peut être pas ceux qui peuvent porter hautes les avancées technologiques de la France en les montrant au Monde par l'intermédiaire d'un site web. François Hollande en recompensant ceux qui avaient été d'excellents community managers pendant sa campagne électorale n'a peut être pas vu la nécessaire mise à nouveau symbolisée par la perte de valeur entre le précédent site et celui qu'on nous propose aujourd'hui. Espérons que cela ne soit que momentané.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article