Dans la vie vraie

par emery doligé

Va voir Madère... pas Jean-Pierre, l'île !

Va voir Madère... pas Jean-Pierre, l'île !

Et si Madère redevenait ce paradis humain que Dieu créa pour consoler les hommes d'avoir été chassés de l'Eden ? Et si Madère au Printemps éternel redevenait tout simplement tendance ?

Avant de rejoindre la Toscane, j'ai fait un détour par la Macaronésie à Madère. Assez dubitatif avant d'y aller (les vols directs ne sont faits que par des compagnies low costs), j'ai assuré mes arrières dans un hôtel aimable loin des hordes de touristes (très évitables d'ailleurs...), le Choupana Hill avec son Chef breton Yves Gautier aux bons soins duquel vous pouvez vous abandonner.

Pour le reste, entre l'Ideat qui donne des adresses pour passer 72 heures sur l'ile, un guide, une ou deux recommandations et une voiture louée je pouvais partir à l'aventure.

Très arty, limite designeux, mais élégant, je vous conseille la Quinta da Rochinha à Ponta do sol. Perché en haut d'un rocher dominant l'océan, cet hôtel plaira aux couples sans enfants épris de calme. Avec enfant(s), je conseille davantage, toujours sur Madère (et à défaut du Choupana Hill), la Quinta da casa branca qui en plus a une très bonne table. Pour ceux qui vogueront à Porto Santo, l'île d'en face aux plages de sable fins, il faut descendre à l'hôtel éponyme : l'Hôtel Porto Santo une ambiance 50's revisitée devrait vous plaire.

A Porto Santo rien à faire, à part le mini zoo et l'obligatoire tour de l'île, bref rester sur la plage à lézarder est le mieux. Cela vaut le coup pour décompresser de Paris.
A Madère en revanche, il faut se concentrer sur le sud, le nord et l'ouest de l'île. L'est est bof et s'américanise avec notamment une marina privée. Seul plus notable à l'Est : un bon spot pour la plongée.
A Funchal, la capitale, commencez par le marché, ravissant, puis le Jardin botanique, splendide. Puis direction Seixal au Mini Eco Club pour déjeuner - loin des touristes de la ville d'à coté - d'un poisson grillé devant une piscine naturelle au bord de l'Océan. Pour terminer la journée rendez-vous au musée d'Art de Calheta qui devrait vous rappeler son grand frère à Belem (Lisbonne).
Le lendemain, partez marcher dans le Parc national jusqu'au 25 fontaines par des levadas. Ne prévoyez rien d'autre. C'est magnifique et... usant.
Le jour d'après restez au bord de la piscine avec vos courbatures.
Le jour suivant filez faire la visite de l'usine d'assemblage de Barbeito et découvrez le meilleur vin de Madère. Étonnamment bon et enivrant (si vous êtes sympas, ils vous feront peut-être goûter une cuvée extraordinaire de 1875). Si vous êtes courageux une petite marche vers Monte avec l'aide du téléphérique qui part de Funchal ou d'un taxi. Si vous êtes très courageux, une nouvelle promenade par les levadas. De Choupana Hill, cela prend une heure. A Monte, c'est Sissi Impératrice, c'est la fin du XIX début XX que vous revivrez en déjeunant au Grand Hôtel.
Enfin, pour une ultime journée, descendez au sud. C'est une île dans l'île accessible par la mer ou ascenseur de... deux cents mètres : faja dos Padres. Les jésuites avaient tout compris au beau et au calme. La cuisine est 100% bio et bonne. La prochaine fois, je louerai certainement une des neuf maisons du lieu.

Pour des photos allez sur instagram : (Cartes postales de 1 à 28)

Bref Madère, vous partez quand ?

Va voir Madère... pas Jean-Pierre, l'île !
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article