Dans la vie vraie

par emery doligé

Mon cher Canal Plus

Mon cher Canal Plus

Mon cher Canal Plus,

J'ai assisté à ta conférence de presse de mardi et j'ai trouvé que tu te moquais de moi.

Je t'ai reçu en héritage. Adolescent, c'était le Graal de te regarder. Jeune adulte indépendant, je me suis abonné (après avoir piraté). Aujourd'hui, père, je suis le dernier à te regarder à la maison pendant que les enfants sont ailleurs. Je te regarde comme par réflexe. Mais la lassitude me gagnant, je te regarde moins.

Bien sur, je reste poli, je ne participe pas à la curie en t'appelant tout le temps pour avoir des réductions. Je ne fais pas parti de ce taux de churn monstrueux de plus de 70% que tu caches dont on parle dans le milieu des médias. Non, je suis fidèle, je ne demande rien (d'ailleurs, je ne reçois rien non plus pour cette fidélité), bref, j'attends et espère que tu vas revenir. Un jour.

Mais mardi, j'ai vu que tu ne reviendrais pas.

Mardi, tu m'as parlé dans le prompteur. J'étais dans le fond, dans l'ombre en train de périscoper la conférence de presse. Et puis, tu m'as parlé de quatre sujets en disant que c'était innovant. Tu me connais, j'ai un peu de cet esprit Canal en moi, alors je me suis moqué, j'ai été impertinent avec toi, voire même bitchy. Rien de nouveau dans ce que tu m'as raconté : My Canal existe depuis longtemps, me faire dire par un sachant ce que je dois regarder est un contresens de l'histoire, me tartiner la gueule de Ultra HD ne sert à rien (d'autres le font déjà) et finir en me parlant d'une boîte de 8,5 cm comme étant une révolution (une box pour l'OTT ???)... Bah c'est un peu gros à l'heure des nanotechnologies. Bref le fond n'y était pas.

Quant à la forme, c'était pire ! Tu m'as envoyé des hommes sortis du même moule qui lisaient leur prompteur à leur pied. L'image était une vraie catastrophe. Pas de fierté, pas de show, pas convaincant. Nous, à TedxParis, quand on fait monter quelqu'un sur scène on le coach, on lui donne de l'envergure, de l'envie d'échanger, de donner. Toi, là, rien. Comme un symbole, tu regardes tes pompes. Limite honteux de ce que tu nous racontes.

Tu vois Canal Plus, je t'aime bien. Mais je sais que ce n'est plus toi qui va m'enchanter. A l'heure où l'on apprend que TF1 et YouTube sont dans le même GRP video, où l'on voit que l'usager se moque du support, où l'on voit que les jeunes inventent leur rythme, où l'on constate que Bein Sport te taille des croupières dans le Sport, où Youporn a ringardisé ton porno du premier samedi du mois, toi Canal Plus tu n'es plus dans la course tellement tu as perdu cet esprit rock, ta volonté de te réinventer. Comme un symbole de ce que tu es devenu, le Grand Journal se prend des tombereaux de dénigrements et tient parce que quelques nostalgiques comme moi regardent parfois sans te défendre...

Mon cher Canal Plus, je suis d'une tristesse infinie de voir ce mourir que tu refuses de comprendre parce que c'est un peu moi qui pars aussi.

Emery

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 1

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article