Dans la vie vraie

par emery doligé

Fusion Publicis-Omnicom : une obligation du transmonde.

Fusion Publicis-Omnicom : une obligation du transmonde.

La fusion de deux géants pour essayer de battre un autre géant de la publicité, WPP, masque une réalité terrible : le digital est un transmonde qui continue d'imposer le changement de paradigme.


Le premier indicateur est qu'on compare les fusionnés à des groupes tels que Facebook ou Google. On explique leur poids boursier avant toute cohérence structurelle. Les deux sociétés en référence ont des organisations souples et modulables qui prennent en compte l'efficience du produit avant tout.


Le deuxième indicateur est que cette fusion va dans le sens de l'histoire des rapprochements de structures post phase de transition du fait de l'émergence du nouveau transmonde : le digital. Il est démontré à petite échelle (et donc à grande aussi) que la fusion de société est inévitable pour perdurer. Encore récemment une agence que je connais bien annonçait un plan de licenciement économique faute d'arriver à se vendre.


Le troisième indicateur concerne les clients. Si avant "l'impôt révolutionnaire" (idest payer sa dîme aux agences pour avoir un plan média) était une contrainte, aujourd'hui les annonceurs, grâce au renfort de la nouvelle génération des pro du digital, peuvent mieux organiser leurs budgets et ses prestataires. La toute main mise sur la médiatisation d'une campagne a volé en éclat.

Ces trois indicateurs révèlent plus une mutation voire un début de profond changement de mécanique publicitaire car le digital abolit les frontières.

Toujours est-il que cela reste un coup de génie financier pour Maurice Lévy et ses actionnaires. Mais pour combien de temps ?

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article