Dans la vie vraie

par emery doligé

La seule condition pour la réélection de Francois Hollande

La seule condition pour la réélection de Francois Hollande

Depuis plusieurs mois, monte une petite musique politique qui affirme que Marine Le Pen sera au second tour de l'élection présidentielle. L'état de l'art veut que cela soit devenu une certitude.

Contre qui ?

S'il ne fait aucun doute que François Hollande se représentera, il n'est pas encore certain que Nicolas Sarkozy gagne la primaire à Droite, même s'il y a fort à penser que cela puisse être le cas : il maîtrise l'appareil et sa légitimité - pour les militants de droite - va grandir après les élections régionales sur le double thème : gain de régions et rempart contre le FN. Puis début 2016, il va partir faire un tour de France pour retourner les militants un par un.

L'enjeu est donc d'être au second tour. Même si celui qui affrontera Marine Le Pen ne fera pas le score de Jacques Chirac en 2002 - les errements de nos politiques ont trop laissé monter le vote contestataire - quiconque affrontera la présidente de l'extrême droite gagnera en 2017.

Eu égard à l'état de délabrement de l'image des politiques dans l'opinion public (pour s'en convaincre, il suffit de lire les sondages d'opinions), le premier tour de la présidentielle de 2017 se jouera autour de 25% des votes au premier tour.

Pour atteindre les 25%, il faudra réunir deux critères.

Le premier critère est celui d'être le champion de la défense des symboles.

Depuis quelques mois, François Hollande reprend le costume du Président de la République non seulement grâce aux événements terribles vécus, mais aussi par ses prises de paroles voire lorsqu'il remet à sa place Marine Le Pen au Parlement Européen. François Hollande est en train de retailler le costume à sa taille comme François Mitterrand avait commencé à le faire en 1983 après l'échec du Gouvernement Mauroy.

Le second critère est de bien travailler les niches électorales.

Si François Hollande ne récupérera, qu'à la marge, la gauche de la gauche qui refusera de risquer d'avoir un match Sarkozy/Le Pen au second tour, il travaille en férocité le centre, voire un peu plus loin, avec des symboles comme Macron. De même les prises de paroles du Président dans des supports et des émissions où on ne l'attendait pas (Society, Le Supplément, Le Chasseur Français, Instagram, RTL etc..) payent déjà puisque sa cote de popularité remonte.

Bien sur, le match pour 2017 n'est pas encore joué. Marine Le Pen peut être rattrapée par les déboires financiers de son parti, Sarkozy peut crouler sous les affaires, Juppé peut arriver à incarner un nouveau souffle... et Montebourg peut se dire qu'il a ses chances. Mais bon...

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 2

À propos

Emery Doligé

Dans la vie vraie.

Commenter cet article